Hermine ?
 

Retour au site Libre Pensée : Charte des Langues

Retour au site
Libre Pensée
Charte des Langues
Retour à la page précédente
Retour

Accueil Remonter Etudes Documents Glossaire Bibliographie Liens Recherche Contacts

Précédente
Remonter
Suivante
   
Présentation
Le problème
L'immersion
Communautarisme
Les élèves
Le français
Régionalisme
Aux origines
Cheval de Troie
Hermine ?
Le protocole
Intégration
Epilogue
Lieux cités

Pour une hermine sans croix gammée ?

  
Cliquer pour accéder au fac-similé
L'hermine du drapeau gwenn-ha-du et la
 croix gammée
du PNB pro-nazi
Breiz Atao n° 168, 12 février 1933

Cliquer pour accéder au fac-similé
L'hermine du drapeau gwenn-ha-du et la
croix gammée (congrès de Châteaulin du PAB)
Breiz Atao n° 24, 2 septembre 19
28



  

  

Le rêve fou des soldats de Breiz Atao, 1974,
Nature et Bretagne
, p. 135 (photo p. 168) ;
Ronan Caerleon-Caouissin (membre du
Kommando de Landernau de la Gestapo)

   

Il s’agit du récent livre de Georges Cadiou « L’Hermine et la croix gammée ». L’auteur est journaliste, grand reporter à Radio France-Bleue Breiz Izel.

Il écrit p. 8 :
[ Yann Le Coz. L‘Armor Libre Penseur N° 6, janvier-février 2002 ]

« [ Il faut ] tout dire sur cette période sans rien cacher, notamment aux jeunes générations…Il faut donc tout dire de la dérive nationaliste des années 1930-1940….montrer comment les nationalistes bretons ont été, à leur niveau, pourvoyeurs de résistants pour les caves de torture de la Gestapo, laquelle rémunérait nombre d’entre eux, comment ils ont dénoncé de vrais patriotes, ceux-là, qui sont partis pour les camps de concentration en Allemagne et dont beaucoup ne sont pas revenus, comment des militants du PNB ont endossé l’uniforme nazi pour combattre les maquis, participer aux représailles allemandes, aux tortures et aux exécutions ! »

Enfin !

  

Mais, quand on lit attentivement Cadiou on voit que la dénonciation des dérives nationalistes des temps d’occupation, n’a pour but que d’abandonner ce qui ne peut plus être caché.

Le nationalisme que prône Cadiou se refait ainsi une virginité à bon compte.

Et sous la paille de ces mea culpa, de ses pétitions de bonne conduite, on devine les éternels lieux communs des nationalistes bretons de toutes les époques :

[ citations p. 20 et 21 ]

« Royaume, puis duché indépendant jusqu’au traité d’union dite perpétuelle de 1532, la Bretagne bénéficia jusqu’à la révolution française de 1789 d’un statut privilégié… »

"Statut (si) privlégié" ....qui était aux dires de l'observateur et sociologue anglais Arthur Young, le plus exécrable du Royaume de France !

  

Où l’auteur va-t-il puiser ses sources ?

Qu’il relise donc le compte-rendu de la séance de la nuit du 4 août 89 et l’intervention des députés bretons du Tiers Etat, les seuls de la province présents, puisque la Noblesse et le Clergé bretons avaient refusé d’envoyer des députés à Versailles, redoutant ce qui allait arriver : l’abolition de leurs statuts de privilégiés.

Accès au document, cliquez
Fédération de Pontivy, 1790

  

Qu’il relise les interventions éclairantes des délégués de la Fédération des Municipalités de Pontivy en février 1790 !

  

« La bourrasque révolutionnaire, poursuit Cadiou, changea la donne. Sur l’autel d’une démocratie naissante et des grands principes de liberté individuelle qui nous régissent encore aujourd’hui, [on devine son regret qu’il en soit ainsi : la société d’avant les Droits de l’Homme ne reconnaissait que les droits communautaires ]….. l’entité Bretagne, comme les autres provinces, fut sacrifiée, divisée en cinq départements…, fondue dans une nation présentée comme un modèle aux autres peuples…. »

"L'entité bretonne fut sacrifiée " ! Manifestement cet auteur n'est jamais remonté aux sources. Sait-il par exemple que la Fête de la Fédération du 14 juillet 1790 fut initiée par les Bretons ? Que lorsque les délégués de Bretagne furent annoncés à Versailles les Parisiens se portèrent à leur rencontre, voyant en eux les « Hérauts de la Nation », eux qui avec le Club breton, devenu le Club des Jacobins, avaient mérité le surnom combien évocateur de « Grenadiers des États Généraux »

  

Cadiou dénonce vigoureusement la « francisation soutenue au plan linguistique par l’intermédiaire de l’école et de l’armée ».

« …il y aurait une étude à faire sur le phénomène de frustration nationale qu’est la Bretagne. »

Comme on le voit, Diwan est en terrain de connaissance.

 Accès au document, cliquez
Le monument de Pontivy
après le dynamitage par
  le PNB, en 1938

  
3 ans après la prise du
pouvoir d'Hitler, la carte
du PNB, avec croix
gammées, en 1936
, de
ceux qui ont dynamité le
Monument de la Fédération
de Pontivy, en 1938.
(reproduite dans
« Bretagne lle-de-France »,
septembre 2000, p. 10)

Diwan Morbihan et Diwan Pondi signaient le 4 mars dernier, aux côtés d’autres organisations autonomistes comme Stourm ar Brezhoneg une protestation contre le rassemblement à l’appel de la Libre Pensée, devant la colonne de la Fédération bretonne-angevine de Pontivy, partiellement détruite par un attentat autonomiste à la dynamite le 18 décembre 1938.

« Il y a deux siècles ceux qui ne marchaient pas droit étaient exécutés » dénonce cette déclaration, ramenant ainsi la Révolution française à un sanguinaire et minable règlement de comptes.

Nul n’en doute : la Révolution française a déterminé à jamais deux camps. Celui de ceux qui la condamnent, celui de ceux qui la considèrent comme une avancée exceptionnelle dans l’histoire de l’humanité.

Chacun, aujourd’hui comme hier, choisit son camp.

Le nationalisme « soft » que certains nous promettent reste fidèle à ses thèmes : la revendication autonomiste se nourrit de la Bretagne historique travestie et idéalisée, de l’hostilité à la Révolution française et aux Jacobins et d’une défiance persistante à l’égard de la République.

Et les vieux démons ne sont pas loin.

 

  

Creative Commons License Droit de reproduction : tous les documents, images, citations, analyse, etc... peuvent être librement
reproduits et référencés, avec un lien sur la page dont tout ou partie est reproduit ou cité.
Le contenu de ce site, images et textes, est mis à disposition sous un contrat Creative Commons.

• brochures • forum • commentaires • plan du site • sommaire • annuaire • nouveautés • droits • contacts •

Retour à la page précédente   Retour
 

Précédente Accueil Remonter Suivante