"Breton-Hemon" et BZH
 

Retour au site Libre Pensée : Charte des Langues

Retour au site
Libre Pensée
Charte des Langues
Retour à la page précédente
Retour

Accueil Remonter Etudes Documents Glossaire Bibliographie Liens Recherche Contacts

Précédente
Remonter
   
Mémoire aux nazis
"Breton-Hemon" et BZH

La commission « Breton Hémon »-BZH: tous unis, avant, pendant et après l’occupation nazie

 


« La Bretagne », n° 95, 10 juillet 1941, Une
(légende de la photo sur le bureau de la LVF)


« La Bretagne », n° 95, 10 juillet 1941, Une
« Un événement décisif dans l’Histoire de la Langue Bretonne »
et son environnement : voir les extraits de l’article à droite 


« La Bretagne », n° 95, 10 juillet 1941, Une
(extraits de l’article dont le titre est à gauche :
« Un événement décisif dans l’Histoire de la Langue Bretonne »)


Dans la commission, on trouve :

·          L’abbé Perrot : Breiz Atao et Bleun Brug

·          L’abbé Bourdellès, après guerre dirigeant du MOB de Yann Fouéré (parrainant le « Breton Hémon »-BZH)

·          François Elies « Abeozen », à l’Institut Celtique, Arvor, et la revue nazie Galv

·          François Kervella « Kongar », co-organisateur de la milice du PNB à Berlin, en 1940, et la revue nazie Galv

·          Berthou, participant au groupe terroriste nazi « Gwenn-ha-Du » de Célestin Lainé, à Arvor et la revue nazie Galv

·          Roparz Hemon, chef « culturel », au centre du dispositif nazi, soutenant la revue nazie Galv

·          et Loeiz Herrieu

Nous sommes en pleine « culture ».

Dans ces deux actions, mémoire clandestin aux nazis et « Breton-BZH », on retrouve le groupe Herrieu, Fouéré, Hemon, Perrot, en fait associé à Delaporte et au PNB, groupe intégré aux plans nazis de l’Europe Nouvelle, l’antisémitisme étant permanent.

Loeiz Herrieu fait partie des pièces maîtresse du dispositif élaboré en intégration au nazisme : c’est lui qui, au nom des Vannetais, a cautionné l’unification de l’orthographe bretonne « surunifiée » ordonnée en 1941 par le Sonderführer Weisgerber. Placé sous la direction de Roparz Hemon, la « commission » a obtenu la disparition de l’orthographe vannetaise (le vannetais est divergent  des trois autres dialectes bretons). Roparz Hemon rend hommage à Herrieu :

« Le 8 juillet 1941, au cours d’une réunion entre les bretonnants les plus actifs, les Vannetais eurent l’héroïsme de renoncer à leur orthographe et les autres eurent la sagesse de leur faire quelques concessions. »
Roparz Hemon, « La langue bretonne et ses combats », 1947

La « langue bretonne » unique devait légitimer la « nation bretonne » unique, intégrée au Reich et à « l’Europe Nouvelle ».

 

 

  

Creative Commons License Droit de reproduction : tous les documents, images, citations, analyse, etc... peuvent être librement
reproduits et référencés, avec un lien sur la page dont tout ou partie est reproduit ou cité.
Le contenu de ce site, images et textes, est mis à disposition sous un contrat Creative Commons.

• brochures • forum • commentaires • plan du site • sommaire • annuaire • nouveautés • droits • contacts •

Retour à la page précédente   Retour
 

Précédente Accueil Remonter