Du MOB à l’UDB
 

Retour au site Libre Pensée : Charte des Langues

Retour au site
Libre Pensée
Charte des Langues
Retour à la page précédente
Retour

Accueil Remonter Etudes Documents Glossaire Bibliographie Liens Recherche Contacts

Précédente
Remonter
Suivante
   
La "  Réorientation "
Du MOB à l’UDB
Origines de l’UDB
Qui est demandeur ?

Du MOB à l’UDB : " s’ancrer à gauche " ou " se mettre à couple " ?

    

A quelle « rupture » correspond l’organisation de l’UDB ? continuons avec Michel Nicolas :

«  Les scissionnistes ont très clairement le sentiment d’ouvrir une nouvelle voie permettant à l’Emsav de se régénérer et de se perpétuer. Ils s’en expliquent dès le premier numéro du Peuple Breton dans un article intitulé ‘ Raison d’un départ ‘ : ‘ Notre entreprise n’est ni dirigée contre le Mouvement pour l’Organisation de la Bretagne, ni suscité par lui. Le Mouvement a maintenant un actif d’une importance indiscutable. Nous ne souhaitons pas voir disparaître une formation qui, depuis plus de six ans, s’essaye à rendre la Bretagne authentiquement bretonne. La naissance de l’U.D.B. n’affaiblira pas la lutte de tous les militants bretons. Au contraire, une nouvelle voie vient d’être ouverte qui permettra à des Bretons encore plus nombreux de comprendre qu’il n’y aura aux problèmes de leur pays qu’une solution bretonne. ‘ (« Le Peuple Breton », n°1, janvier 1964). L’U.D.B. affirme par conséquent très clairement être la poursuite, sous d’autres formes, du nationalisme breton.

En réponse, Ar Vro n° 23 de février 1964 (directeur, Per Denez), au milieu des revendications de Breiz Atao, après avoir publié dans le n° 22 de décembre 1963 Goulven Pennaod, et un chant de guerre de Jean La Bénelais – Mordrelle (" En avant les garçons ! Nous entrons en campagne, en avant les Bretons ! "...), exulte de la création de l’UDB : " De son côté, le M.O.B. vient de connaître des remous qui devraient clarifier la situation, mettre chacun en face de ses responsabilités et faire sortir l’action bretonne de l’immobilisme. (…) les jeunes étudiants de l’U.D.B. veulent faire un parti et de la politique. Ils ont eu au M.O.B. une bonne formation. AR VRO, qui compte parmi eux bien des fidèles amis, leur a donné ce qu’il pouvait. (…) AR RENER) " (p 4-5, Editorial). Conclusion : " Nous souhaitons bonne chance à ces jeunes camarades et invitons nos amis à s’abonner au Peuple Breton " (p. 85). Le patronage est clair, net, expliqué, explicité et revendiqué.

 

Dès sa naissance, la jeune formation s’engage dans une collaboration très étroite avec les partis de la gauche hexagonale. En réalité le groupe des jeunes étudiants de l’U.D.B. qui, dans les premiers temps et malgré un militantisme intensif, faisait figure de ‘ club universitaire breton ‘, ne désirait pas tant s’ancrer à gauche que ‘ se mettre à couple ‘ des partis de gauche, ainsi que le font les bateaux qui s’amarrent à d’autres tout en se réservant la possibilité de manœuvrer rapidement. » 190

« L’ancrage à gauche » de l’UDB mérite donc bien d’être examiné, et bien examiné.


190 Michel Nicolas, Histoire du Mouvement Breton, p 307

 

 

  

Creative Commons License Droit de reproduction : tous les documents, images, citations, analyse, etc... peuvent être librement
reproduits et référencés, avec un lien sur la page dont tout ou partie est reproduit ou cité.
Le contenu de ce site, images et textes, est mis à disposition sous un contrat Creative Commons.

• brochures • forum • commentaires • plan du site • sommaire • annuaire • nouveautés • droits • contacts •

Retour à la page précédente   Retour
 

Précédente Accueil Remonter Suivante