Annexe 5
 

Retour au site Libre Pensée : Charte des Langues

Retour au site
Libre Pensée
Charte des Langues
Retour à la page précédente
Retour

Accueil Remonter Etudes Documents Glossaire Bibliographie Liens Recherche Contacts

Précédente
Remonter
Suivante
   
Annexe 1
Annexe 1 bis
Annexe 2
Annexe 2 bis
Annexe 3
Annexe 4
Annexe 4 bis
Annexe 5
Annexe 6
Annexe 7
Annexe 7 bis
Annexe 8
Annexe 9
Annexe 10
Annexe 10 bis

Annexe 5

http://www.chez.com/carb/communi/17_12.htm

Action commune en conformité avec l’article précédent

 

Basques, Bretons, Corses : unité d'action pour le retour aux pays des prisonniers politiques

Le samedi 16 décembre 2000 a été une journée de lutte en commun à Montroulez (Morlaix), Borgho (Près de Bastia), Donibane-Lohizun (St Jean-de-Luz) pour le regroupement des prisonniers politiques basques, bretons et corses dans leurs pays respectifs.

400 manifestants à Montroulez (300 selon le Télégramme et le Journal du Dimanche), 3000 à Donibane-Lohizun (source, observateurs locaux) et 500 à Borgho (source, Journal du Dimanche) ont apporté leur soutien aux prisonniers politiques.

A Paris, sur le parvis des Droits de l’Homme, une action de propagande organisée conjointement entre Basques, Bretons et Corses a permis de fructueux contacts avec les passants.

A Montroulez, étaient présentes des délégations de soutien venues d’Occitanie, de France (Dijon) et de Gent (Belgique). Les manifestants, ont réclamé la mise en liberté immédiate des trois prisonniers politiques bretons : Alain SOLE, Paskal LAIZE (en grève de la faim depuis le 28 novembre) et Gérard BERNARD.

La Coordination Anti-Répressive de Bretagne a souligné que les dix prisonniers politiques bretons actuellement détenus et les cinq autres personnes mises en examen (celles-ci ayant été incarcérées pour un temps compris entre deux semaines et un an) ont déjà effectué un total de NEUF années de détention « provisoire », et ceux en étant « présumés innocents ». Ils s’agit de pratiques abusives qui violent délibérément la Convention Européenne des Droits de l’Homme.

            La Coordination dénonce enfin le fichage A.D.N. qui est appliqué à toutes les personnes interpellées, et parfois à leurs proches : ainsi, en décembre 1999, les brosses à dents de trois enfants (treize, onze et dix ans) ont été saisies dans le Mor-Bihan et ont servi à l’établissement de fiches A.D.N.

 

 

Pour la Coordination Anti-Répressive de Bretagne,

le porte parole, Claude Le Duigou

le 17 décembre 2000.


 

 

  

Creative Commons License Droit de reproduction : tous les documents, images, citations, analyse, etc... peuvent être librement
reproduits et référencés, avec un lien sur la page dont tout ou partie est reproduit ou cité.
Le contenu de ce site, images et textes, est mis à disposition sous un contrat Creative Commons.

• brochures • forum • commentaires • plan du site • sommaire • annuaire • nouveautés • droits • contacts •

Retour à la page précédente   Retour
 

Précédente Accueil Remonter Suivante